Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Une partie de larynx synthétique transplantée pour la première fois

C'est une première étape vers la création de boîtes vocales complètes.

"Des chirurgiens russes ont réussi à greffer une partie de larynx synthétique à un patient. Sa particularité : il a été créé en prélevant des cellules souches de la moelle épinière du malade, cellules qui ont été implantées sur une structure artificielle.

La partie du larynx reconstruite est le cartilage cricoïde, sur lequel le larynx vient se reposer, et qui limite les échanges respiratoires. Il fait environ cinq centimètres de long et se situe en haut de la trachée. Il s’agit donc d’une partie relativement facile à recréer, mais l’équipe en charge de la greffe note que la performance a surtout résidé dans le fait de recréer un organe à partir de cellules souches d’un patient, au lieu de le prélever sur un autre donneur, comme cela se fait habituellement.

Cette opération, qui a été réalisée à deux reprises, est la première étape avant la création de boîtes vocales complètes.

Les deux patients, une femme de 34 ans et un homme de 28 ans, ont eu leur boîte vocale endommagée lors d’accidents de la route, après lesquels ils avaient perdu l’usage de leur voix. Après l’opération, tous deux ont pu parler et respirer normalement.

La priorité des chercheurs est maintenant de créer un larynx complet. "J’ai espoir que nous y arrivions dans un futur proche", a expliqué Paolo Macchiarini, de l’Institut Karolinska à Stockholm, le responsable de l’équipe qui a mené l’opération."

In left ventricular assist device era, transplant priority system needs refinement

Seattle, WA - "Many patients on ventricular-assist-device (VAD) support are at such low risk of adverse events that they ought not to be in the highest-priority category for a new heart, according to the authors of a new study published in the July 3, 2012 issue of the Journal of the American College of Cardiology [1].
The current rules of the Organ Procurement and Transplantation Network (OPTN) allow transplant candidates on mechanical support to be placed into the 1A category (highest priority for a donor heart) for 30 days at the transplant center's discretion at any time after the VAD is implanted. Over the past decade, survival rates with implanted left ventricular assist devices (LVADs) have become steadily better as the devices have become more reliable. 'Because LVADs are used more commonly, there is a growing belief that placement of an LVAD is necessary for successful transplantation,' Dr Todd Dardas (University of Washington, Seattle) and colleagues explain. 'Increasing numbers of stable, VAD-supported patients listed status 1A may prevent organ allocation to sicker patients, decreasing survival among those waiting for transplant and leading to an overall reduction in the efficacy of the transplant urgency system.'
Dardas et al analyzed nearly 12 000 patients listed in OPTN status 1A and over 13 000 in status 1B from 2005 to 2010 in the Scientific Registry of Transplant Recipients. They estimated the relative and absolute risk of adverse events—either death or delisting because the patient became too ill—during the time the patients were in status 1A or 1B.
Status 1A registrants on dual inotropes and right heart monitoring had a higher risk of adverse events (hazard ratio 3.2) than patients with implanted LVADs who were in their 30-day window of elective 1A time. The 30-day risk of events was 1% for LVAD patients using their elective 1A time and 6% for patients on dual inotrope support. Patients supported by a paracorporeal ventricular assist device had a higher risk of adverse events (hazard ratio 9.1; p<0.0001) than patients supported by LVADs using their elective 1A time. However, despite their apparently lower risk, the odds of an LVAD patient getting a heart transplant were higher (odds ratio 1.5; p<0.0001) than for patients on dual-inotrope therapy and intra-aortic balloon pump support.
 
We'd like to know . . . who is competing for that organ?
Dardas believes that stable patients with an LVAD should not be categorized as status 1A as long as their devices are working without complication. These patients should be listed as 1B, he told heartwire. 'By the same token, patients who have paracorporeal devices—who are currently treated the same as a patient with an implanted device—could probably all be status 1A as long as they have that device in.'
Dardas said his group is also researching how centers make decisions about their patients' OPTN statuses. 'It doesn't appear that people are commonly given this 30-day elective 1A time in the setting of someone else who is probably sicker at their same center or organ-provision organization [OPO]. But we'd like to know more about when the organs are shared outside of OPOs. We'd like to know, from the standpoint of an organ that is available, who is competing for that organ,' he said. 'Are there patients listed as 1A at one center that another center might not know about who are competing for the same organ as someone with an implanted [LVAD]?'

Who gets what, and when
In an accompanying editorial [2], Dr Sean Pinney (Mount Sinai Medical Center, New York, NY) says that he is not convinced by the study by Dardas et al that patients on LVADs are getting donor hearts ahead of patients who need them more urgently.
He points out that although Dardas et al have found wide disparities in risk among different types of patients in status 1A, there is still no direct evidence that prioritizing stable LVAD patients has prevented any other 1A patients from receiving a timely transplant. Organ wait-list mortality is actually declining, and 'it is likely that centers are exercising good judgment by timing these upgrades to avoid competition with other 1A patients, thereby preserving their exposure to donor hearts,' he says.
He also argues that not allowing LVAD patients to have 1A status, as the rules are currently set up in Europe, effectively eliminates the chances of an LVAD patient getting a transplant unless they have a major complication. So this may create an incentive for those patients to deliberately stay on medical therapy alone without an LVAD in order to increase their chances of getting a transplant while also increasing their chances of dying while they wait for one.
Pinney argues that no organ-allocation system will ever be able to eliminate all disparities in risk within each category, but he agrees with Dardas et al that the current system needs refinement to acknowledge that newer LVADs are 'minimizing the risks of mechanical support and maximizing its beneficial outcomes.' One option would be to create a heart allocation score, similar to those used for lungs or livers, or to expand the list of prioritization categories to match individual risk profiles. 'Regardless of which system emerges, facilitating this change will require robust data collection and analysis,' he concludes."

http://www.theheart.org/article/1419529.do

Robert Spaemann : "Prélever un organe conduit souvent à la mort du donneur"


"A l’occasion de la journée nationale du don d’organes, le 22 juin, le philosophe Robert Spaemann [ndlr : figure éminente de la philosophie morale en Allemagne] a été interviewé par l’hebdomadaire Famille Chrétienne."

Ainsi, Robert Spaemann précise que le constat, selon lequel "les prélèvements d’organes sont de plus en plus nombreux", est "inquiétant car pour avoir des organes vivants, il faut que le donneur d’organes soit vivant. Or,  prélever un organe conduit à la mort du donneur". Alors que pour certains le fait que la respiration soit "maintenue de manière artificielle […] lors de la mort encéphalique, […] ne serait pas exactement le maintient de la vie",  Robert Spaemann considère au contraire que la vie "reste la vie, […] qu’importe que la vie soit maintenue artificiellement ou non".
Il décrit une perversion de la fonction de médecin : alors qu’autrefois, la fonction du médecin était de confirmer ou infirmer un constat de mort posé par l’entourage du patient, "aujourd’hui, c’est le contraire. La famille voit que son proche est toujours vivant, qu’il respire, même de façon artificielle, et le médecin dit : ‘Non, il est mort ! Il faut faire vite, car nous avons besoin de tel organe’ ".    
Mais que signifie alors la notion de "besoin" d’organes ? A cette question, Robert Spaemann rappelle que "dans les camps nazis on faisait des expériences sur des êtres humains que l’on soumettait à des températures très basses pour tester la résistance humaine au froid [en précisant que c’était] utile, [car, disaient-ils] ‘on en a besoin pour nos soldats’ ".   

Trafic d'organes en Chine : le point

Le sommet mondial des droits de l'homme se termine. Il a eu lieu à Paris. Où en sont les droits de l'homme en Chine, pays où l'ONG "Human Rights Watch" a fort à faire ? L'émission sur BFM, la radio de l'économie, "Chine Hebdo", fait le point avec Nicholas Bequelin, spécialiste Chine pour "Human Rights Watch" (émission du 23/06/2012).

10.000 exécutions capitales par an (estimation), autant de prélèvements d'organes à des fins de transplantations effectués en Chine (population du pays : 1,3 milliards d'habitants) chaque année ... Les organes vitaux proviennent, pour la plupart, de condamnés à mort chinois ... Pékin tente de faire le ménage dans cette situation, mais cela semble être mission impossible de bousculer les intérêts économiques en jeu ... pour un marché (la demande mondiale en organes vitaux à des fins de transplantations) qui est en pleine expansion ...


FICHIER AUDIO DE L'INTERVIEW 


Source :
http://www.bfmbusiness.com/programmes-replay/emission/chine-hebdo-0

Troisième greffe de visage à Amien

Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires CHRU - 21/06/2012 12:45:49

"Le CHU d'Amiens annonce la réalisation d'une troisième transplantation faciale le 13 juin 2012 par l'équipe de chirurgie maxillo-faciale du CHU d'Amiens, sous la responsabilité du Professeur Bernard Devauchelle et du Professeur Sylvie Testelin et en étroite collaboration avec le service d'anesthésie-réanimation d'Amiens (Pr Hervé Dupont).
La personne greffée est une dame âgée de 52 ans qui souffrait d'une grave défiguration des étages moyen et inférieur du visage liée à une malformation artério-veineuse tumorale bénigne agressive. Actuellement, la patiente se porte bien. La communauté scientifique sera tenue informée de l'évolution de son état de santé.

Cette opération constitue la 22ème transplantation faciale réalisée dans le monde, transplantation dont la voie avait été ouverte le 27 novembre 2005 au CHU d'Amiens par les mêmes équipes.
Elle s'inscrit dans le cadre du Programme Hospitalier de Recherche Clinique attribué depuis 2006 au Service de Chirurgie maxillo-faciale du CHU d'Amiens portant sur « l'allo-transplantation faciale de tissus composites - évaluation anatomo-fonctionnelle ».

L'intervention s'est déroulée en relation étroite avec les équipes de coordination des prélèvements d'organes et de tissus, ainsi que les équipes de transplantation et d'hématologie des Hospices civils de Lyon et de l'établissement français du sang (Prs Xavier Martin et Mauricette Michallet/ Olivier Hequet, Prs Emmanuel Morelon et Lionel Badet) et le Pr Benoît Lengele de l'Université Catholique de Louvain - Bruxelles."
http://www.newspress.fr/Communique_FR_255596_5180.aspx

Des cellules souches survivent à la mort

Le 12 juin 2012, la revue Nature Communications a publié une étude selon laquelle une équipe de chercheurs français est parvenue à démontrer qu’il "est encore possible de récupérer des cellules viables dans les muscles de cadavres humains".   
L’équipe, dirigée par le Pr Fabrice Chrétien (Institut Pasteur/ Hôpital Raymond Poincaré), en collaboration avec le Pr Shahragim Tajbakhsh (Institut Pasteur/CNRS), montre que "les cellules souches du muscle survivent 17 jours post-mortem chez l’homme et 16 jours post-mortem chez la souris". Une fois remises en culture, il s’avère que les cellules "redeviennent parfaitement fonctionnelles".   
La question qui se pose est de comprendre comment ces cellules adultes peuvent survivre alors qu’elles n’ont plus d’oxygène. Les chercheurs expliquent que les cellules "ont besoin de manquer d’oxygène pour atteindre cet ‘état de dormance’ qui leur permet de survivre et de résister à un environnement extrêmement hostile". Ils ajoutent qu’elles "passent à l’état de dormance en réduisant au strict nécessaire leur métabolisme : très peu de mitochondries avec effondrement de leur réserve énergétique".   
Par la suite, les chercheurs se sont rendu compte que ce même phénomène se produisait avec des cellules souches issues de la moelle osseuse. Il a été constaté que celles-ci restent "viables 4 jours post mortem et conservent elles aussi leur capacité à reconstituer les tissus après greffe de moelle". Le Pr Lemaître émet simplement une réserve : "il ne faudrait pas que ces cellules aient certains endommagements irréversibles non détectés sur l’ADN par exemple".    
Cette découverte permet ainsi d’envisager une nouvelle source de cellules souches qui pourrait "pallier la pénurie de tissus et de cellules", mais également d’envisager un "nouveau moyen de conservation", pour un usage thérapeutique (leucémie, myopathie).    
"Un brevet international a été déposé pour couvrir les applications de cette découverte".

nature.com 12/06/12 - le Figaro (Damien Mascret) 13/06/12 - lequotidiendumédecin.fr (Dr Emmanuel de Viel) 12/06/12 - France24.com 12/06/12 - radio-canada.ca 13/06/12 - AFP (Brigitte Castelnau) 12/06/12
http://www.genethique.org/?q=content/des-cellules-souches-survivent-%C3%A0-la-mort

La loi française (et européenne) interdit la vente d'organes ; pas la crise ou le chômage

by Jared Yee | Jun 09, 2012 |
 tags: organ market, organ trafficking, organ transplants

The financial crisis in Europe has sparked an increase in the trade of human body parts, as families and individuals scramble to put food on the table. Experts say that the black market for human organs -- traditionally based in India, China, Brazil and the Philippines -- is spreading to crisis-hit Western countries like Greece, Italy, Spain and poor Balkan nations like Serbia. Vulnerable and impoverished people are trying to sell their kidneys, bone marrow, lungs or corneas, spurred on by the internet, amoral organ traffickers and a global shortfall of organs for transplantation.
A 46-year-old businessman from Piraeus, Greece, said recently that the only way to rescue his family from ending up on the street was to sell one of his kidneys for €100,000, or US$123,000. He told Greek media that he even hired a private investigator to track down a buyer.
The trade has expanded to the US where, according to experts, there have been many recent cases of poor undocumented immigrants selling their kidneys via websites such as Craigslist to get by.
“Thanks to the global financial crisis organ trafficking is a growth industry,” said Jonathan Ratel, a European Union prosecutor. “Organized criminal groups are preying upon the vulnerable on both sides of the supply chain, people suffering from chronic poverty, and desperate and wealthy patients who will do anything to survive,” he said.
While accurate statistics are hard to find, 15,000 to 20,000 kidneys are sold illegally each year, according to Organ Watch, a human rights group in Berkeley, California, that tracks the illegal trade in organs. The UN estimates that 5% to 10% of kidney transplants performed annually result from organ trafficking. Mr Ratel, the prosecutor, said organ tourists mainly come from the US, Britain, France, Israel, Italy and Germany. Often, donors never see a penny, he added. ~ New York Times, Jun 1

http://www.bioedge.org/index.php/bioethics/bioethics_article/10107

Collectif Santé Numérique

Jean-Michel Billaut, spécialiste de l'économie du numérique : "Lancement cette après-midi du Collectif 'Santé Numérique' ... Il serait temps que les professionnels de santé, mandarins divers, conseils de l'ordre des différentes disciplines, hauts fonctionnaires spécialisés dans ces domaines ... se remontent les e-manches ... astiquent leurs magnifiques neurones, ... Pour éviter l'erreur anglaise... et se mettre au cloud ...
Je e-interview en fin de journée les 'frondeurs e-santé' ..."

http://collectifsantenumerique.org/

Les urgences : quels enjeux pour la santé publique ?

La Cité de la santé propose en partenariat avec le Groupe hospitalier Henri-Mondor - Albert Chenevier, AP-HP, un cycle de rencontres pour comprendre les enjeux de santé publique et de société qui se nouent autour de l’urgence. 

Les mardis, de 18h30 à 20h :
 - 10 avril 2012 : Qu'est-ce qu'une urgence ? Avec le Dr Alice HUTIN- ADELINE, chef de clinique assistant
- 15 mai 2012  : L'organisation d'un service d'urgence.
Avec le Dr Sihem OUAR-EPELBOIN, chef de clinique assistant
- 12 juin 2012  : Les questions éthiques liées à la fin de vie aux urgences :
la loi Leonetti.Avec le Dr Aline SANTIN, praticien Hospitalier

Cinéma Jean Painlevé, Bibliothèque niv. -2
Accès libre dans la limite des places disponibles

Des cellules souches pluripotentes induites (iPS) pour créer un foie

"Une équipe de chercheurs japonais, dirigée par le Pr Hideki Taniguchi de l’Université de Yokoama dans le sud de Tokyo, est parvenue à créer un foie 'à partir de cellules souches pluripotentes humaines (iPS)' [ndlr : les cellules iPS sont des cellules adultes reprogrammées]. Cette expérience pourrait permettre 'la fabrication d’organes artificiels pour les personnes en attente de transplantation' et pallier ainsi 'au manque constant d’organes'.
L’étude a consisté à programmer des cellules iPS 'en cellules précurseur du foie', tout en les associant à d’autres types de cellules. Il a ainsi pu être obtenu 'un foie humain de 5 millimètres capable de générer des protéines et de décomposer des médicaments'.
En effet, par reprogrammation, les cellules iPS 'sont presque revenues au stade embryonnaires (non différenciées) et ont la capacité de se développer dans n’importe quel tissus'.    
La pratique visant à utiliser des cellules iPS est donc une alternative à celle utilisant 'des cellules souches souvent récupérées sur des embryons'. Or, l’utilisation de cellules souches embryonnaires est 'une pratique que certains jugent immorale'. "

BE Japon 618 08/06/12 - AFP 08/06/12 - Ouestfrance.fr 08/06/12
© Copyright Gènéthique - Chaque article présenté dans Gènéthique est une synthèse d'articles parus dans la presse et dont les sources sont indiquées dans l'encadré. Les opinions exprimées ne sont pas toujours cautionnées par la rédaction.
http://www.genethique.org/?q=content/des-cellules-souches-pluripotentes-induites-ips-pour-cr%C3%A9er-un-foie

L'appel de Harvard

"Medicine must become an information science" (read more).

En direct de Boston, MA, USA ... La médecine est en train de changer de visage ... sauf que certains n'y ont pas intérêt ... Voilà ce qui se dit aussi bien à la Harvard Med School de Boston qu'en France ... Il y a la médecine Ancien Régime qui se bat pour garder ses privilèges, alors que la médecine Nouveau Régime arrive ... au grand galop ... La première chose que je me dis, confrontée à toutes ces informations, c'est que ce vieux monde et son paternalisme médical craquent ... Ces médecins et institutionnels santé de l'Ancien Régime sont remis en cause, aussi bien ici, aux USA, qu'en France : A quels forums de santé faut-il se fier ?

 
Ce qui est dit à Harvard ?  

"You want a vision for the future of health care? Don’t look to policymakers and regulators. Look to innovators and innovations." (lire)

Pour autant, ici comme en France, le système de santé (mais ne mettons pas tout le monde dans le même sac de suie noire, comme dirait l'ami Yann) n'a pas intérêt (financier) à aller dans le sens de ... ce qu'il faut bien appeler un changement de paradigme majeur ... Mêmes obstacles institutionnels en Gaule et outre-Atlantique, donc ... question de gros sous ... Pour autant, faut-il abandonner tout espoir de voir la médecine se moderniser, le patient être mieux informé et mieux pris en charge, ces lobbies qui tirent la croissance humaine et économique vers le bas ne plus tenir le haut du pavé ? "Non !" Même réponse dans les deux pays. Pourquoi ? Là encore, même analyse. Le temps où la médecine était entièrement aux mains des soignants payés pour cela, des institutionnels et autres politiques législateurs, est révolu. Les réseaux sociaux ont montré qu'ils pouvaient faire un bon ménage de printemps ... même si ce ménage prend du temps et ne se fait pas en un jour ... La crise de santé publique est présente en France et aux USA ... Même si l'ampleur des dégâts n'est pas identique dans les deux pays, le problème de fond est le même : l'attelage Ancien Régime va dans le mur, le Titanic va couler ... Notre "insubmersible" système de santé ... eh oui ... c'est bien de lui dont il s'agit ... Combien de temps mettra-t-il à sombrer ? Va-t-on laisser l'histoire se répéter? Non. Des experts venus de divers horizons, notamment ceux des nouvelles technologies, de l'écologie et du développement durable, se penchent sur les problèmes de nos systèmes de santé yankee et gaulois ... cherchent et trouvent des failles, mettent au point des solutions ... et n'hésitent pas à dire au roi (le mandarin, le médecin, le législateur ou autre institutionnel) qu'il est nu(l) ... version yankee, cela donne : "has been" ... Ces experts ont la puissance des réseaux sociaux et des géants de l'informatique pour eux ... Ce qui autrefois était disséqué en congrès de spécialiste ou à l'Académie de Médecine (et ne sortait pas de ces murs experts, secret médical oblige) est actuellement aux mains d'Apple, de Google, de Toshiba, ou encore d'équipes médicales et chirurgicales réfléchissant à comment faire pour innover ... à Harvard, à Paris, etc. Le "secret médical" se trouve désormais en vidéo publique sur You Tube ... Il est bien loin le temps de l'omnipotence des experts arrogants ... gardant jalousement leurs petits secrets ... Lesquels sont étalés aujourd'hui sur Facebook, sur des blogs et forums de santé ... et lus par des ingénieurs biomédicaux du monde entier, possédant une expertise dans le domaine médical et numérique ... Des synergies se mettent en place ... les frontières physiques et autres barrières psychologiques volent en éclat ... A peine revenu d'un symposium à Hong-Kong, M. Jean-Michel Billaut, économiste, Président Fondateur de l'Atelier Numérique BNP Paribas, a filé au congrès HIT à Paris - un congrès sur les systèmes d'information en santé et le monde hospitalier ... Depuis qu'il observe le milieu de la santé, M. Billaut commence à connaître du monde ... et poste ses expertises en ligne (lire) ... Des expertises pointues et ciblées, qui vont fédérer les efforts d'ingénieurs travaillant ou souhaitant travailler dans la santé ... Cela ne serait pas arrivé si M. Billaut n'avait pas perdu une jambe il y a bientôt trois ans de cela ... Auparavant, le domaine de la médecine lui était (quasi) totalement inconnu ... Mais après son amputation il s'est dit que si les outils numériques appropriés (et existants) avaient été mis en place, il aurait pu conserver sa jambe ... A partir de là il a pu constater l'inertie dont font preuve les institutionnels pour que rien ne change ... et que ces outils ne soient pas mis en place ... car cela n'est pas dans leur intérêt. "On n'est pas là pour innover, on est là pour soigner", disent ces mandarins arrogants. "Cela ne marche pas, les gars, j'y ai laissé une jambe", répond M. Billaut ... "Et alors ? C'est pas notre problème, on s'en fout", rétorquent lesdits mandarins arrogants. "Cela va le devenir", dit M. Billaut ... Cela me rappelle un autre dialogue ... Celui-là, entre Steve Jobs, le patron d'Apple décédé l'année dernière, et moi. "Pourquoi m'ont-ils sur-vendu la greffe ?" me demande Steve. "Ben, parce qu'il y a beaucoup d'argent à la clé", ai-je répondu. "Comment se fait-il que les alternatives ne se soient pas développées plus vite ? Il y a la médecine régénératrice, par exemple ..." "Ben, parce que les lobbies installés par les laboratoires pharmaceutiques leaders sur le marché mondial du médicament immunosuppresseur ont fait leur boulot correctement ... et même plus que correctement ...", ai-je répondu ... Au fait, vous saviez que Reed, le fils de Steve Jobs, fait des études de génomique à la fac de médecine de Stanford ? Ce n'est pas un hasard ... Steve voyait bien sa cadette, Eve, travailler à Apple ... Faudra encore attendre quelques années ... Ni M. Billaut ni Steve Jobs ne sont (ou n'ont été) des malades faciles et dociles ... Pourtant avec le recul, d'ici une ou deux décennies, ou plus, on comprendra que sans le concours de telles personnalités (très différentes au demeurant), l'Ancien Régime aurait pu durer encore et encore et encore ... Des gens comme eux arrivent sur les réseaux sociaux ... A mon avis il est illusoire de chercher un de Gaulle de l'e-santé en France ou aux USA ... L'époque ne s'y prête pas ... Les politiciens ne travaillent jamais qu'à leur carrière, qu'ils soient de droite ou de gauche ... En revanche, des personnalités sachant fédérer les talents et l'innovation ... mis en avant sur les réseaux sociaux, ou encore aux Conférences TED (très écoutées dans le monde entier) ... J'ai parlé d'un "printemps arabe" dans le monde de la santé ... C'est parce qu'il est question de mettre l'usager de la santé au centre du système, et non plus (comme c'est le cas actuellement) l'institution ... Pour cela il faut un "printemps arabe" ... pour rétablir la démocratie et instaurer un développement durable dans le domaine de la santé ... Qui est le dinosaure gaulois ayant affirmé que "toutes les civilisations ne se valent pas" ? Va pas tarder à se geler le cul, celui-là (et d'autres avec lui) ...

Un coeur artificiel de 11 g. pour un bébé

http://www.santelog.com/news/cardiologie/c-ur-artificiel-11-g-de-titane-sauvent-la-vie-d-un-bebe-de-16-mois_8335_lirelasuite.htm


INSUFFISANCE CARDIAQUE: Premier cœur artificiel pour l’Enfant autorisé par la FDA

http://www.fda.gov/downloads/AdvisoryCommittees/CommitteesMeetingMaterials/MedicalDevices/MedicalDevicesAdvisoryCommittee/CirculatorySystemDevicesPanel/UCM263039.pdf

Les microturbines à débit continu en remplacement de la transplantation cardiaque sont déjà au point pour les adultes ... mais pas encore pour les bébés ... Gageons que cela ne saurait tarder ...

Rappelons que la greffe cardiaque n'est pas la panacée : un enfant greffé du cœur a une espérance de vie réduite ... ce que vous dira n'importe quel chirurgien honnête ... d'où l'importance de ces micro-turbines ou cœurs artificiels miniature totalement intégrés ... en REMPLACEMENT de la transplantation cardiaque ...

Don d'organes, du nouveau ...

 Jeudi 10 mai 2012

Avant de donner vos organes, lisez ceci

"Saviez-vous que, pour pouvoir prélever des organes, le « mort » doit souvent être… anesthésié ???
Hé oui, c’est une réalité qui est rarement révélée aux donneurs, et à leur famille. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire de don d’organes, au contraire. Mais il est important de ne pas le faire aveuglément.
Pour pouvoir être transplantés, les organes doivent être frais. Le cœur d’une personne morte depuis ne serait-ce que cinq minutes est inutilisable : il ne se remettra jamais à battre, y compris avec un pacemaker (un appareil qui donne des chocs électriques pour stimuler les pulsations). Il en va de même des autres organes vitaux (reins, foie, pancréas, poumons…)
Pour que les organes soient bien frais, donc, il faut qu’ils soient encore en train de fonctionner au moment où ils sont prélevés. Ils ne peuvent donc pas être prélevés sur un « mort » réellement mort, mais sur une personne en état de « mort cérébrale », ce qui, nous allons le voir… est très différent.

Revenu du séjour des morts

Le journal anglais Daily Mail publie l’histoire d’un jeune britannique qui a eu la vie sauvée par son père qui s’était opposé à ce que ses organes soient prélevés pour servir à des transplantations. (1)
L’affaire s’est produite à l’hôpital universitaire de Coventry, dans le nord de l’Angleterre :
Stephen Thorpe, 17 ans, avait été gravement blessé à la tête lors d’un accident de voiture au cours duquel était mort son ami Matthieu, 18 ans, qui conduisait le véhicule.
Les médecins le mirent sous coma artificiel et, deux jours plus tard, le déclarèrent en état de « mort cérébrale ». La « mort cérébrale » permet l’ouverture de la procédure de prélèvement d’organes. Mais les parents de Stephen, qui étaient auprès de lui, affirmèrent qu’ils « sentaient que leur fils était encore là » et qu’il réagissait à certaines paroles.
Alors que quatre médecins de l’hôpital confirment la « mort cérébrale » et souhaitent que commence le prélèvement d’organes, les parents de Stephen font appel au Docteur Julia Piper, praticienne de médecines traditionnelles et alternatives. Celle-ci obtient l’autorisation de faire examiner Stephen par un neurochirurgien de confiance, qu’elle connaît.
Celui-ci conclut que le jeune garçon n’est absolument pas « mort cérébralement ». Il demande qu’il soit au plus vite sorti de son coma artificiel. Et en effet, cinq semaines plus tard, Stephen rentre chez lui, entièrement remis.
Aujourd’hui, Steven a 21 ans et étudie la comptabilité à l’université de Leicester. « Mon impression est que l’hôpital n’était pas très favorable à ce que mon père demande une contre-expertise médicale » a-t-il déclaré au Daily Mail.

Ne pas confondre « mort » et « mort cérébrale »

Le concept de « mort cérébrale » a été inventé en 1968. Jusque-là, on ne connaissait que deux états : vivant ou mort.
Une personne était vivante tant que son corps restait chaud, que son cœur continuait à battre, qu’elle respirait et que son sang continuait à circuler.
La mort, au contraire, était déclarée lorsque la vie avait quitté le corps. Un corps mort, au sens traditionnel du terme, devient froid, rigide. Il ne répond plus à aucun stimulus. Le cœur ne bat plus, la tension artérielle disparaît. Le patient arrête de respirer. La peau, les ongles et les muqueuses prennent une couleur bleutée. Mettre le cadavre sous respiration artificielle ne relance pas l’oxygénation du corps. Stimuler le cœur par une impulsion électrique (pacemaker) ne le fait pas recommencer à battre.
Une personne morte ne peut tout simplement plus guérir. Ses organes vitaux, le cœur, le foie, les poumons, les reins et le pancréas ne fonctionnent plus. On ne peut plus les transplanter sur une personne vivante, car ils commencent à se décomposer aussitôt que l’oxygénation et la circulation sanguine s’arrêtent. Cinq minutes plus tard, ils sont inutilisables.
Pour pouvoir prélever des organes encore vivants, et donc capables d’être transplantés sur une nouvelle personne, les médecins créèrent en 1968 le concept de « mort cérébrale ». Une personne dont le cœur fonctionne, le sang circule, et la respiration est régulière peut donc aujourd’hui être déclarée en état de « mort cérébrale ». On sait pourtant que, dans ce cas, la plupart des fonctions vitales continuent, dont la digestion, l’excrétion (évacuation des déchets), et l’équilibre des fluides.
S’il a des blessures, on constatera que le « mort cérébral » cicatrise, et si c’est un enfant, qu’il continue à grandir. Il peut même traverser la puberté. Une femme enceinte en état de « mort cérébrale » peut continuer à porter son enfant : la plus longue période enregistrée est de 107 jours jusqu’à l’accouchement.
En revanche, une fois que ses organes vitaux sont retirés pour être transplantés sur une autre personne, le « donneur » d’organe décède pour de bon.

Pour prélever des organes, le « mort » doit d’abord être anesthésié

Très souvent, la personne en état de « mort cérébrale » est sensible aux opérations chirurgicales. C’est ce que les médecins appellent l’effet Lazare, du nom de l’homme qui, dans les Evangiles, ressortit de son tombeau.
Pour pouvoir prélever les organes vitaux, les médecins doivent donc pratiquer l’anesthésie, ou injecter des substances paralysantes pour éviter les spasmes musculaires, ou les changements brutaux de pression sanguine, de rythme cardiaque, et d’autres réflexes protecteurs.
Dans la pratique médicale normale, de telles réactions de la personne opérée indiquent à l’anesthésiste que l’anesthésie est trop légère, et que le patient souffre.
Ces informations, que n’importe quel médecin pourra vous confirmer, sont malheureusement mal connues du grand public. Il semble également que les familles à qui l’on demande d’autoriser un prélèvement d’organe ne soient malheureusement pas toujours informées objectivement.

Le cas de Stephen n’est pas isolé

Il existe des dizaines de cas similaires à celui de Stephen, dans lesquels une personne comateuse ou inconsciente est déclarée en état de « mort cérébrale » ou « sans espoir de guérison ». Bien souvent, les familles subissent alors des pressions pour autoriser les prélèvements d’organes.
En 2011, l’Hôpital Sainte-Croix de Drummondville (au Québec), a demandé l’autorisation d’extraire les yeux d’une patiente qui s’était étranglée pendant son repas à l’hôpital en l’absence de personnel soignant, affirmant qu’elle était en état de « mort cérébrale ». Après que la famille eut demandé des preuves au médecin, elle se réveilla et retrouva l’essentiel de ses facultés. (2)
En 2008, un Français de 45 ans s’est réveillé sur la table d’opération, tandis que les médecins s’apprêtaient à lui prélever ses organes, suite à un arrêt cardiaque. Lors de l’enquête menée par le « comité d’éthique », plusieurs médecins reconnurent que ce type de cas, bien que rare, leur était parfaitement connu. (3)
La même année, Sack Dunlap, un Américain de 21 ans, « mort cérébralement », était sur le point de se faire retirer ses organes vitaux lorsque ses deux sœurs, toutes les deux infirmières, décidèrent de vérifier qu’il était en effet « mort cérébralement ». Discrètement, elles enfoncèrent une pointe sous son ongle de pied, ce qui provoqua une forte réaction de Dunlap, prouvant qu’il était conscient. Il se remit complètement et déclara plus tard qu’il était conscient et entendait les médecins autour de lui discuter des organes qu’ils allaient lui prélever !
Alors, dans ce domaine comme dans tous les autres, cher lecteur, rappelez-vous qu’il s’agit de votre vie, votre santé, et jamais de celle ni des médecins, ni des personnes qui vous conseillent, même lorsque celles-ci sont de la meilleure volonté.
Bien à vous,"

Sources de cet article :
1. The Daily Mail, le 24 avril 2012 : http://www.dailymail.co.uk/health/article-2134346/Steven-Thorpe-Teenager-declared-brain-dead-FOUR-doctors-makes-miracle-recovery.html?printingPage=true
2. http://www.journalexpress.ca/Société/Santé/2011-06-30/article-2624757/Un-mal-de-dent-qui-a-failli-virer-en-don-dorganes/1
3. Article publié dans le journal Le Monde, disponible ici : http://actuagencebiomed.blogspot.fr/2008/06/le-donneur-dorganes-ntait-pas-mort.html

http://www.santenatureinnovation.fr/chirurgie/avant-de-donner-vos-organes-lisez-ceci?utm_source=Newsletter-gratuite&utm_medium=emailing&utm_campaign=201205D-avant-de-donner-vos-organes-lisez-ceci

Peut-on breveter un gène ?



Réexamen d'un dépôt de brevet portant sur un gèneMardi 26 mars 2012, la Cour Suprême des Etats-Unis a demandé que la Cour d'appel réexamine sa décision qui avait accordé au laboratoire Myriad Genetics un brevet sur deux gènes, BRCA1 et BRCA2. Ces deux gènes ont permis au laboratoire de développer un procédé permettant d'évaluer le risque, pour une femme, de développer un cancer du sein ou de l'ovaire.
Selon Daniel Ravicher, directeur exécutif de la Public Patent Foundation, base public de brevets aux Etats-Unis, "personne ne peut 'inventer' des gènes, donc personne ne peut revendiquer leur propriété". En effet, le brevet déposé par Myriad Genetics, ne concerne pas un "nouveau médicament ou un nouvel outil pour lutter contre le cancer" mais se rapporte à "des marqueurs génétiques qui se produisent naturellement dans le corps humain". Ils ne peuvent donc pas être objet de brevet.
The New York Times (Andrew Pollack) 26/03/12 - The Scientist (Sabrina Richards) 28/03/12

Dénonciation d'un trafic d'organes au Bengladesh

"Un anthropologue d'une Université de l'Etat du Michigan, Monir Moniruzzaman, a enquêté sur le trafic d'organes auquel se livre des personnes démunies au Bengladesh. Cette étude, publiée dans la revue trimestrielle Medical Anthropology, décrit les atrocités que vivent ces vendeurs d'organes.

Pour réaliser son enquête, l'anthropologue s'est penché sur 33 donneurs de reins. Il aboutit a un premier constat : les donneurs ne reçoivent jamais l'argent 'qui leur a été promis' et sont confrontés à de 'graves problèmes de santé qui les empêchent de travailler', comme la 'honte' ou la 'dépression'.
Au bout de dix ans d'étude, Monir Moniruzzaman constate également que le trafic d'organes est un 'marché mondial en pleine expansion' et qu'il concerne diverses parties du corps telles que les reins, des parties du foie et même les cornées. Selon l'anthropologue, les receveurs sont des habitants du Bengladesh vivant à l'étranger, comme aux Etats-Unis, en Europe ou encore au Moyen-Orient. En outre, il précise que les trafiquants 'falsifient les documents en mentionnant que receveur et vendeur sont liés et indiquent que l'acte est un don familial'. Monir Moniruzzaman considère que médecins, fonctionnaires hospitaliers et laboratoires pharmaceutiques ignorent cette situation qui leur est profitable.

Pour Monir Moniruzzaman, ce trafic d'organes est une 'grave forme d'exploitation des populations les plus pauvres, dont les organes deviennent des marchandises pour prolonger la vie des minorités riches'. Pour lutter contre le trafic d'organes, il effectue certaines recommandations comme 'davantage de vigilance de la part des gouvernements', ou encore de la part des médecins lorsque ceux-ci vérifient la relation qui existe entre donneur et receveur."

Bioedge (Michael Cook) 23/03/12 - ScienceDaily 12/03/12
http://www.genethique.org/revues/revues/2012/Mars/29_03_12.html

Cellule souche et régénération de l'épithélium intestinal

"Pour la première fois, une équipe de scientifiques, dirigée par le Pr Mamoru Watanabe de la Tokyo Medical and Dental University, a réussi à reconstituer une zone du gros intestin endommagée par des ulcères, à partir de cellules souches intestinales adultes. Cette technique a fait l’objet d’une publication dans la revue Nature Medicine* du 13 mars 2012.

L’épithélium intestinal ayant une grande capacité à se régénérer au moyen de ces cellules souches unipotentes, il était difficile pour les scientifiques de pouvoir mettre ces cellules en culture, tellement leur renouvellement était rapide. Jusqu’à aujourd’hui, diverses tentatives ont abouti, pour la plupart d’entre elles, à une 'périclitation du tissu en cinq jours'.

Pour réussir cette régénération de l’intestin, l’équipe scientifique japonaise a prélevé 'une seule cellule souche intestinale'. Par la suite, trois protéines 'ont été ajoutées au milieu de culture liquide habituellement employé pour les cellules de l’intestin grêle'. Après huit jours, les cellules se sont rapidement développées au point d’obtenir 'un million de cellules unipotentes' et donc un tissu. Enfin, l’ensemble de ces cellules ont été transplantées dans les zones intestinales détériorées par des ulcères. Cette transplantation a permis d’obtenir au bout d’un mois, un renouvellement complet du tissu. Selon le Pr Watanabe, cette technique pourrait permettre le traitement de maladies inflammatoires telles que la maladie de Crohn."

* Nature Medicine, "Functional engraftment of colon epithelium expanded in vitro from a single adult Lgr5+ stem cell", Shiro Yui, Tetsuya Nakamura, Toshiro Sato, Yasuhiro Nemoto, Tomohiro Mizutani, Xiu Zheng, Shizuko Ichinose, Takashi Nagaishi, Ryuichi Okamoto, Kiichiro Tsuchiya, Hans Clevers & Mamoru Watanabe, 11/03/12
http://www.genethique.org/revues/revues/2012/Mars/27_03_12.html

Conservation d'ovocytes: évolutions techniques et questions éthiques

"Les dernières techniques de conservation de gamètes féminins et de tissu ovarien sont sources d'espoir pour les femmes et pour les fillettes subissant des traitements altérant leur fertilité.

Aujourd'hui, une technique 'consiste à prélever chirurgicalement un ovaire entier ou des fragments' et à les congeler. Au moment de leur utilisation, les fragments sont décongelés et greffés afin de 'rétablir les fonctions ovariennes et restaurer une fertilité'. Toutefois, le Dr Sophie Mirallié, du service de biologie de la reproduction au CHU de Nantes, précise que les greffons ont une durée de vie courte et présentent un risque de 'réintroduction de la maladie après greffe'. Il reste donc encore à trouver une technique permettant d'effectuer des prélèvements ovariens qui ne contiendraient pas de 'cellules tumorales' pour qu'elles ne soient pas réintroduites dans l'organisme au moment de la greffe.

De plus, la loi de bioéthique du 7 juillet 2011 a autorisé la technique de la vitrification d'ovocytes, technique de congélation ultrarapide. Là où les méthodes classiques de congélation produisent des cristaux de glace qui peuvent altérer les cellules, cette technique empêche la formation de cristaux et permet une meilleure préservation des cellules.

Cette technique soulève des interrogations éthiques. Selon le Docteur Pierre Boyer de l'Hôpital Saint-Joseph à Marseille, l'autoconservation d'ovocytes est une alternative à la congélation des embryons.
Selon le Dr Grégoire Moutel, du laboratoire d'éthique et de médecine légale de l'université Paris Descartes, 'la conservation d'ovocytes doit être présentée comme un nouveau droit des femmes', tout en avertissant 'les patientes d'une incertitude sur les résultats'. Par ailleurs, les demandes de conservation d'ovocytes pour convenances personnelles forment un marché en pleine expansion aux Etats-Unis. En France, cette pratique est interdite, elle pose de nombreuses questions éthiques. Le Dr Grégoire Moutel explique que cette pratique pose, entre autres, la question de savoir si un âge limite doit être posé et au-delà duquel les femmes ne pourraient plus conserver d'ovocytes. En effet, 'au delà d'un certain âge, les grossesses sont médicalement plus risquées et le taux de malformation fœtale augmente'.

Interrogé sur les particularités du consentement dans le domaine de l'assistance médicale à la procréation, le Dr Moutel souligne la nécessité d'informer les patients des bénéfices et des risques liés à ces techniques. Au motif que les patients sont souvent 'obnubilés par leur désir d'enfant', ils ne prennent pas toujours suffisamment en compte les risques lorsqu'ils donnent leur consentement. Les professionnels ont donc une responsabilité, ils 'n'ont pas le droit de tout faire au motif du consentement'."

Le Monde (Sandrine Cabut) 24/03/2012
http://www.genethique.org/revues/revues/2012/Mars/26_03_12.html#1

Vers une transplantation d'utérus chez la femme ?

"Vers une transplantation d'utérus chez la femme ?Après des succès de transplantations d'utérus chez des animaux, la question se pose de savoir si une telle transplantation pourrait obtenir le même succès chez la femme et lui permettre de donner naissance à un enfant.

En 2002, en Arabie Saoudite, une première tentative avait échoué. En 2011, une équipe de médecins turcs a annoncé qu'un greffon était toujours fonctionnel au bout de 120 jours, mais rien aujourd'hui ne permet de savoir si cette transplantation pourra permettre à la femme qui l'a reçu de mener à bien une grossesse. Cette tentative n'a à l'heure actuelle donné lieu à aucune publication.

Au cours du printemps 2012, une nouvelle tentative pourrait être effectuée sur dix femmes grâce à des donneuses vivantes, par une équipe suédoise de l'université de Göteborg qui travaille depuis plus d'une dizaine d'année sur des animaux. Lorsque la donneuse est vivante, le greffon est de meilleur qualité. En outre, les traitements immunosuppresseurs devant être pris par la femme après la greffe ne sont pas incompatible avec la grossesse. "L'avantage des transplantations d'utérus est qu'elles s'adressent à des patientes jeunes et en bonne santé, et qu'elles sont temporaires puisque le greffon peut être retiré après la grossesse", explique le Dr Gautier du service gynéco-obstétrique au CHU de Limoges."

Le Monde (Sandrine Cabut) 24/03/2012
http://www.genethique.org/revues/revues/2012/Mars/26_03_12.html#2

Greffe rénale : vers une extension du "pool" de donneurs vivants ?

Pour que cette méthode soit utilisée, il faudrait étendre le "pool" des donneurs de rein vivants. Car on ne voit pas très bien comment on va prélever de la moelle osseuse chez un patient en état de mort encéphalique sans risque pour le receveur ... A moins de prélever cette moelle sur un "cadavre" si frais qu'il n'est plus un cadavre du tout, donc moins de risques pour le receveur mais problèmes éthiques et déontologiques de taille sur le plan du constat de décès du "donneur" ... D'autre part, le sang du cordon ombilical et le sang placentaire sont appelés à remplacer la moelle osseuse dans le traitement de certaines leucémies ...



Vers des greffes d'organes sans risque de rejet ?Aux Etats-Unis, une méthode a été trouvée pour limiter le risque de rejet des greffons par le système immunitaire des receveurs.
Par la greffe préalable de cellules souches de sang issues de la moelle osseuse d’un donneur d'organe sur un patient receveur, une équipe de l’Institut de thérapie cellulaire du Kentucky a pu greffer un rein de ce même donneur sur ce receveur.
La prouesse réside ici dans le fait que le receveur n’a pas eu besoin de "traitements immunosuppresseurs antirejet" une fois la greffe réalisée; son système immunitaire a en effet subi au préalable une préparation – la greffe de cellules souches de la moelle osseuse – pour accepter le greffon.
Selon la revue Science Translational Medicine il faudra plusieurs années avant de pouvoir juger de l’intérêt thérapeutique de cette avancée, la procédure étant plus délicate avec des organes vitaux tels que le cœur ou le poumon. Cependant, des experts pensent que des maladies du sang pourraient être traitées de la même manière (anémie, drépanocytose), ces maladies nécessitant également des greffes de moelle osseuse.
 
Science et Avenir.fr (Joël Ignasse) 13/03/12 - Sante.lefigaro.fr (Tristan Vey) 12/03/2012

Source :
http://www.genethique.org/revues/revues/2012/Mars/19_03_12.html#2

Rencontre Printemps des Bloggeurs le 20/03/2012 à Paris

La rencontre aura lieu demain mardi 20 Mars 2012 de 15H à 17H au 3 Quai de Grenelle 75015 Paris. L'invitée sera Marine Le Pen.

Les thèmes abordés seront les suivants :
- l'apport des technologies numériques pour la santé (esanté)
- la culture à l'heure du 2.0 : Hadopi, Megaupload, partage de la culture et de la connaissance
- l'économie 2.0 : développement et aides aux entreprises françaises 2.0
- la neutralité des réseaux : accès à tout l'internet mobile et non mobile ; non discrimination de la part des opérateurs ou des sites (youtube, google ...) 

Une rencontre animée par LCI - LCI Radio, Jean-Baptiste Marteau.

L'éthique en neuro-imagerie



Neuro-imagerie : entre progrès et préoccupation éthiqueLe 7 mars 2012, l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) a publié un rapport sur l'impact et les enjeux  des nouvelles technologies d'exploration et de thérapie du cerveau.
Le rapport souligne que si les techniques récentes d'imagerie cérébrale permettraient, à l'avenir, "une meilleure compréhension du cerveau", il préconise néanmoins un encadrement de ces techniques "pour préserver l'intimité des personnes". A ce titre, l'Opecst évoque, dans son rapport, les dérives pouvant survenir, notamment dans les domaines de la neuro-économie, de la neuro-marketing, ainsi que dans le domaine de l'expertise judiciaire.
L'Opecst souligne donc les risques liées à certaines utilisations des avancées techniques de l'imagerie cérébrale, dans un objectif autre que scientifique et médical. Il recommande, entre autres, l'interdiction de l'utilisation de l'IRM en justice.
Romandie News 07/03/12 - Notretemps.com 07/03/12

Maladies HÉPATIQUES: Stimuler la production d'hépatocytes pour éviter la greffe

Voici qui eût été utile à Steve Jobs, l'ancien patron d'Apple :

Maladies HÉPATIQUES: Stimuler la production d'hépatocytes pour éviter la greffe :

"Le foie possède son propre système de réparation et ces scientifiques du Centre pour la médecine régénérative à l'Université d'Edimbourg sont parvenus à expliquer ce processus. Ces résultats, publiés dans la revue Nature Medicine pourraient aider à développer de nouveaux médicaments pour traiter des maladies telles que la cirrhose ou l’hépatite chronique.
Ces chercheurs ont découvert la façon d'améliorer la production de cellules clés nécessaires pour réparer les tissus du foie endommagés, en décryptant le processus de formation des différentes cellules du foie. Lorsque le foie est endommagé, il produit des cellules biliaires en trop grand nombre mais pas suffisamment de cellules appelées hépatocytes, dont le foie a besoin pour réparer ses tissus endommagés.
A partir de cellules du foie en phase précoce : Les scientifiques ont compris comment augmenter le nombre d'hépatocytes, qui permettent de détoxifier le foie, en encourageant la production de ces cellules au lieu de cellules biliaires, en modifiant l'expression de certains gènes dans les cellules du foie en phase précoce. Ces résultats pourraient permettre d’alléger la pression sur les listes d'attente pour les greffes de foie.
Le Pr Stuart Forbes, hépatologue, du Centre de médecine régénérative de l'Université d'Edimbourg, déclare: 'Un nombre croissant de patients sont dans l’attente de greffes du foie, mais les dons d'organes ne répondent pas à la demande '.  Le Dr Luc Boulter, de l'Université d'Édimbourg et auteur principal de l’étude ajoute : 'Cette recherche pourrait ouvrir la voie à de nouveaux médicaments pour réparer les lésions hépatiques '. Le Dr Rob Buckle, chef du département de médecine régénérative conclut : 'Nous devons regarder au-delà des greffes et parvenir à remplacer les tissus endommagés en exploitant les capacités régénératrices du corps humain'."

Opération in utero d'un foetus

Un foetus opéré du poumon in utero

Un foetus opéré du poumon in uteroLe 13 mars 2012, des médecins espagnols ont annoncé avoir réussi à opérer in utero un poumon d'un foetus de 26 semaines et 800 grammes. Née onze semaines plus tard, la petite fille souffrait d'une obstruction bronchique. Aujourd'hui âgée de 16 mois, elle est en bonne santé.

Eduard Gratacos, chef du service de médecine foetale de l'hôpital Clinic de Barcelone a déclaré que "c'est la première fois au monde qu'une telle opération est tentée et réussie".

L'atrésie bronchique dont était atteint le foetus mettait en jeu sa vie : se développant anormalement, le poumon "se comportait comme une tumeur" susceptible de comprimer le coeur et de provoquer un arrêt cardiaque. Touchant un foetus sur 10 000, cette malformation génétique entraîne dans 90% des cas la mort du foetus ou du nouveau-né.

L'opération n'a pas dépassé 30 minutes. Les médecins ont effectué une endoscopie afin d'accéder au point d'obstruction dans les bronches, qu'ils ont perforé au laser avant de les "reconnecter" dans l'arbre bronchique. Il s'agit d'une opération extrêmement délicate, les tissus étant "aussi fin que du papier à cigarette". Le poumon malade a pu ainsi être réduit et retrouver une taille normale. L'enfant est né quelque temps plus tard et a été traité sans complication pour une insuffisance respiratoire légère.
Santelefigaro.fr 13/03/12

Chine, greffes et condamnés à mort

"En Chine, un officiel haut placé de la santé l’a reconnu le mercredi 7 mars 2012 : les condamnés à mort restent la principale source d’organes à transplanter, par manque de donneurs volontaires.

Pourtant, la Chine cherche depuis longtemps à réduire sa dépendance vis-à-vis des détenus dans le couloir de la mort pour ce qui est des organes à transplanter. Mais la forte demande se combine à une pénurie chronique de donneurs pour conserver leur macabre privilège à ces condamnés.

C’est ce que le vice-ministre de la santé Huang Jiefu au quotidien juridique Legal Daily.

Huang Jiefu a fait cette déclaration en marge de la session parlementaire annuelle à Beijing, à l’occasion de laquelle quelque 3 000 délégués sont venus de tous les coins de la Chine pour dix jours de discours et de réunions.

La Chine a interdit le trafic d’organes en 2007. Deux ans plus tard, elle a mis en place un système de donneurs volontaires, mais la demande en organes à transplanter dépasse (de très loin) les dons d’organe dans ce pays peuplé de 1,3 milliards d’êtres humains.

Quelque 10 000 greffes d’organes sont effectuées chaque année, mais on pense que 1,3 millions de Chinois sont en attente d’un donneur, ce qui accroît le risque de ventes illégales et de dons forcés d’organes, selon les médias étatiques.

L’Association Médicale Chinoise (un organisme officiel représentant les médecins) avait dit en 2007 que la Chine allait arrêter de greffer les organes des prisonniers exécutés, sauf au profit de leurs proches parents.

Mais en 2009, Huang Jiefu avait déclaré dans le quotidien China Daily que les droits des condamnés étaient respectés parce qu’un consentement écrit était nécessaire de la part des condamnés à mort, avant de pouvoir prélever leurs organes. Ce n’était plus du tout ce que l’Association avait prévu deux ans plus tôt.

Toujours en 2009, ce même Huang Jiefu avait reconnu que les condamnés exécutés 'n’étaient décidément pas un vivier acceptable de donneurs d’organes.' Mais cette semaine, il constate que le vivier reste exploité, tout inacceptable qu'il soit.

Cela fait longtemps que plusieurs organismes et associations des droits de l’homme accusent la Chine de prélever les organes de ses condamnés à mort sans leur consentement ni celui de leurs familles – accusations que le gouvernement récuse.

Au-delà de cette question d’autorisation, on peut se demander de quel libre arbitre dispose un homme qui sait qu’il va être exécuté : quand ils ne sont pas dans cette situation, les Chinois sont réticents au don d’organes…
 
Il y a en Chine de 4000 à 5000 exécutions par an, selon les années et selon les sources. Que ces 4000 à 5000 morts alimentent 10 000 greffes donne une idée de l'ampleur du phénomène."
 

Mon commentaire : vivant une partie de l'année en pays asiatique (des Chinois font partie de ma famille), je précise ce qui est connu en Asie mais caché en Europe : les organes vitaux sont prélevés sur un mourant (les organes d'un mort ne soignent personne), c'est ce que l'on appelle "don d'organes". Les Chinois respectent l'énergie ("qi") sortant du corps d'un mourant et se transmettant à ses proches (famille) ... L'intrusion dans ce processus de mort (avec le flux du "qi") est considérée comme dangereuse ... risquée ... A cela s'ajoute la croyance en la réincarnation ... on ne donne pas ses organes à n'importe qui (don d'organes anonyme) ... Un livre assez connu en Asie sur les tabous chinois : "Don't sit on this book:  A Collection of Chinese Taboos". A le lire on comprend l'importance de cette culture du "qi" en Chine, présente à tous les instants de la vie (et du trépas), au cœur de la médecine traditionnelle et contemporaine chinoise, du sport et des arts plus ou moins martiaux ...

Ressources santé

Un site web d’information et d’emploi du domaine du paramédical intitulé (RESSOURCES SANTE) va s’ouvrir très prochainement et est à la recherche d’un(e) pigiste, pour gérer la rubrique (infos santé) du site.

Si cette proposition vous intéresse, merci de contacter Naïma Amraoui au 0642807096 - mail : amraouy@gmail.com

Nouvelle piste pour le traitement de la maladie de Parkinson

Nouvelle piste pour le traitement de la maladie de ParkinsonA l'Université de Tokyo, quatre singes souffrant de la maladie de Parkinson ont montré des signes d'amélioration, suite à l'implantation de cellules souches embryonnaires humaines dans leur cerveau. Les 4 singes, qui bougeaient spasmodiquement et peinaient à contrôler leur corps, ont montré des signes d'amélioration dès 3 mois, puis ont retrouvé leur mobilité après 6 mois.
Les résultats de la recherche de l'équipe du Pr Jun Takahashi, publiés fin 2011 dans le Journal of Parkinson's Disease, représenterait un espoir pour une thérapie applicable à l'homme. Mais d'autres études précliniques sur des primates sont nécessaires avant un éventuel essai sur l'homme.

Dans cette expérience, le Pr Jun Takahashi et son équipe ont utilisé des cellules souches embryonnaires humaines. Ils souhaitent, en cas d'expérience médicale sur l'homme, utiliser des cellules souches pluripotentes induites (iPS), qui ne posent pas de problème éthique.
L'Express.fr 22/02/12 - La Croix 23/02/12 - Santelog.com 22/02/12

Cellules souches adultes : essais cliniques pour traiter les maladies cardiaques

"Ces dernières semaines, la presse s’est penchée sur les avancées des thérapies cellulaires visant à traiter des maladies cardiaques comme l’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque ou l’angine de poitrine. A l’heure actuelle, la moitié des essais cliniques de thérapie cellulaire concernent les maladies cardiovasculaires.
Le 14 février dernier, des chercheurs de Los Angeles, dirigés par Eduardo Marban ont publié dans la revue The Lancet les premiers résultats de leurs travaux consistant à utiliser des cellules prélevées au niveau du cœur. Après culture in vitro de ces cellules, les chercheurs ont réinjectés les amas cellulaires obtenus, par voie coronaire, à 17 malades, 2 à 4 semaines après qu’ils ont subi un infarctus. Un an plus tard, ils ont pu observer l’innocuité du traitement et constater que la taille de la cicatrice cardiaque a été réduite de moitié par rapport à celle des malades du groupe témoin n’ayant pas reçu le traitement. Ils ont aussi observé une augmentation du tissu cardiaque sain. Pourtant, les chercheurs n’ont pas observé d’améliorations particulières des performances cardiaques. Ils estiment toutefois que ce travail montre la possibilité à l’avenir d’inverser les effets d’une crise cardiaque et de régénérer le tissu endommagé grâce à une greffe de cellules souches autologues.

Le site Les Echos.fr évoque également le lancement d’un essai clinique en France à partir de cellules souches adultes mésenchymateuses, présentes dans la moelle osseuse. Avec 7 CHU français, Jérôme Roncalli, cardiologue interventionnel au CHU de Toulouse, prépare un essai qui portera sur 90 patients atteints d’insuffisance cardiaque (essai Mesami) (Cf. Synthèse de presse du 07/12/10).Il explique que cet essai "va tester la capacité de ces cellules à régénérer des vaisseaux sanguins dans les zones mal irriguées du cœur et à stimuler le renouvellement des cellules musculaires cardiaques". De précédentes études avaient déjà montré comment ces cellules souches mésenchymateuses stimulent les capacités de réparation du muscle cardiaque.

Enfin, Le Quotidien du médecin rapporte les bénéfices d’une étude clinique lancée il y a 10 ans par le Pr Philippe Hénon, directeur de l’Institut de recherche en hématologie et transplantation de Mulhouse. 7 patients ayant subi un infarctus sévère avaient reçu une réinjection intra-cardiaque directe de leurs propres cellules souches sanguines adultes. 3 mois plus tard, les chercheurs constataient une régénération tissulaire et vasculaire du muscle cardiaque et chez 6 patients sur 7, la fraction d’éjection ventriculaire gauche s’est peu à peu améliorée de sorte qu’ils ont pu reprendre une vie socioprofessionnelle normale. L’avantage de ce traitement est que les cellules souches adultes greffées proviennent du patient lui-même, éliminant les problèmes de rejet, explique le Pr Hénon qui a créé en 2008 une société de biotechnologie médicale, CellProthera, pour développer cette thérapie cellulaire inédite. Afin de rendre ce traitement accessible à plus de patients, CellProthera travaille depuis 2009 à industrialiser ce procédé : le prototype d’un automate permet de produire en 9 jours un greffon cellulaire autologue à partir d’un simple prélèvement sanguin. En cours de finalisation, un prototype amélioré sera utilisé début 2013 pour un essai clinique incluant 150 patients.
Le Quotidien du médecin évoque aussi les recherches du Pr Philippe Ménasché, de l’hôpital européen Georges-Pompidou, qui attend l’autorisation de l’Afssaps pour démarrer un essai clinique à partir de cellules souches embryonnaires humaines, sur des patients insuffisants cardiaques. Selon Philippe Ménasché, les cellules souches embryonnaires peuvent stimuler la repousse du muscle cardiaque. Il ajoute qu’il faut toutefois "maîtriser la question du rejet, qui ne se posent pas avec les cellules souches adultes, puisqu’elles proviennent du patient". Sans compter les risques de développement cancéreux que peut induire l’utilisation des cellules embryonnaires. "
Le Figaro (Sandrine Cabut) 15/02/12 – Santelog.com 16/02/12 – les Echos.fr (Catherine Ducruet) 16/02/12 – Radio-canada. ca 16/02/12 – Atlantico.fr 15/02/12 - Le Quotidien du médecin.fr (Dr Micheline Fourcade) 20/02/12

Fertilité : découverte de cellules souches ovariennes

"Des chercheurs américains ont démontré l'existence de cellules souches adultes ovariennes capables de produire des ovocytes, dans les ovaires de la femme adulte. Les résultats des recherches de l'équipe de  Jonathan Tilly, publiés le 26 février 2012 dans la revue Nature Medicine, viennent remettre en cause l'idée selon laquelle les femmes naissent avec une réserve fixe d'ovocytes, qui s'amenuise avec l'âge, pour être définitivement épuisée à la ménopause.Cette découverte pourrait constituer un espoir pour combattre l'infertilité chez les femmes. Dans une société où l'âge de la 1ère grossesse ne cesse de reculer et où 10% des femmes sont à risque de vieillissement ovarien précoce, elle pourrait aussi ouvrir des perspectives pour retarder la survenue d'insuffisance ovarienne avec la ménopause. Toutefois, des travaux complémentaires devront être menés afin de démontrer la viabilité de ces ovocytes."

Santelog.com 27/02/12 - 20minutes.fr 26/02/12 Sante.lefigaro.fr (Tristant Vey) 27/02/12 - La Croix (Denis Sergent) 27/02/12 - AFP (Véronique Martinache) 26/02/12 - Futura Sciences (Janlou Chaput) 27/02/12 - Psychomedia.qc.ca 26/02/12 - Maxisciences.com 27/02/12 - Rtl.be 27/02/12 - Informationhospitaliere.com 27/02/12

Source :
http://www.genethique.org/revues/revues/2012/Fevrier/28_02_12.html#1

L'ancien bras droit de Bo Xilai a supervisé les prélèvements d'organes en Chine


Écrit par Matthew Robertson, The Epoch Times   
23-02-2012

Wang Lijun, l'ex-chef du bureau de la Sécurité publique de Chongqing
Wang Lijun, l'ex-chef du bureau de la Sécurité publique de Chongqing, a tenté de faire défection aux États-Unis, craignant les foudres de son ancien associé Bo Xilai, secrétaire du Parti communiste à Chongqing.(Feng Li/Getty Images)
Wang Lijun, expert dans les prélèvements d'organes forcés sur les prisonniers, a tenté de faire défection aux États-Unis

Le haut responsable chinois qui a tenté de faire défection aux États-Unis récemment aurait commis de nombreuses atrocités – c’est ce qu’il aurait peut-être révélé aux autorités consulaires américaines.

Wang Lijun, jusqu'à dernièrement le directeur de la Sécurité publique et l'adjoint du maire de la mégapole de Chongqing, craignant que Bo Xilai – le secrétaire du Parti communiste à Chongqing – cherchait à l'assassiner, a fui le 6 février au consulat américain de Chengdu, une ville à l'ouest à quatre heures de route.

Wang Lijun a passé plus de 24 heures dans le consulat et, selon un reportage de Radio France Internationale, il a révélé au personnel diplomatique les détails au sujet des crimes commis par lui et Bo Xilai. Les autorités américaines ont de toute évidence refusé d'agréer à sa demande et il a ensuite quitté Chengdu sous l'escorte des autorités pékinoises et non celles de la région.

Parmi les crimes les plus importants de Wang Lijun, il y a sa participation dans les prélèvements d'organes forcés sur les prisonniers de conscience, une pratique que le régime chinois refuse d'admettre. Plus tôt dans sa carrière, Wang avait prononcé un discours dans lequel il abordait son implication dans les prélèvements meurtriers.

Un prix pour Wang
En 2006, trois ans après avoir été nommé directeur du bureau de la Sécurité publique de la ville de Jinzhou (plus de 3 millions d'habitants), province du Liaoning, Wang a reçu un prix, sans relation avec la lutte contre le crime. Wang avait effectué des recherches révolutionnaires sur la manière de transplanter les organes prélevés sur des prisonniers – alors qu'ils étaient possiblement encore en vie – et il a raffiné sa technique en complétant des milliers d'essais sur place.

Wang a obtenu le prix en septembre 2006 de la part de la Fondation Guanghua pour la science et la technologie, un organisme caritatif ayant pour mission de promouvoir la science et la technologie auprès des jeunes. Selon son site Internet, la fondation est directement sous l'autorité de la Ligue communiste jeunesse, un organe du Parti communiste chinois (PCC).

Dans son mot de remerciement, qui est encore accessible en ligne (www.ddfchina.org/index.php/Index/content/id/108 et archivé ici www.webcitation.org/65TrM7zHq), Wang a salué les employés de la Fondation Guanghua pour avoir fait des «efforts incroyables» pour se rendre au Liaoning afin d'observer son travail.

Il souligne une occasion où le personnel de Guanghua a dû revenir de l'étranger en toute hâte pour être présent à un essai. «Ils voulaient être témoins de la transplantation et l'examiner de leur point de vue: la transplantation d'organe profite à la population et améliore l'application de la loi chinoise d'une manière humaine et démocratique», avait déclaré Wang Lijun.

«Comme nous le savons tous, la soi-disant “recherche sur place” est le résultat de plusieurs milliers de transplantations intensives réalisées sur place», a-t-il ajouté.

Wang a accepté le prix en tant que directeur du «Centre de recherche psychologique sur place», qui selon le site web du ministère du Commerce chinois est associé au bureau de la Sécurité publique de Jinzhou. Selon la brève introduction au sujet du centre, il est indiqué qu'il entretient des relations et des échanges académiques avec des universités dans plus de dix pays. Des courriels envoyés au centre sont demeurés sans réponse, et des appels téléphoniques n'ont pas été connectés.

Dans son mot de remerciement, Wang a dit : «Pour un policier d'expérience, ce fut profondément touchant de voir quelqu'un se faire exécuter et de voir les organes de cette personne être transplantés dans les corps de plusieurs autres personnes. C'est une grande entreprise qui implique les valeureux efforts de nombreuses personnes. Le secrétaire général de la Fondation Guanghua, [Ren] Jinyang, et son personnel étaient présents sur les lieux de la transplantation, ils ont vécu ces expériences avec nous.»

Dans une allocution prononcée à l'occasion de la remise du prix à Wang Lijun, Ren Jinyang a expliqué que Wang avait été reconnu pour sa «recherche et ses expérimentations sur place», visant à rendre les greffés plus réceptifs aux organes.

«Ils ont conçu un tout nouveau fluide protecteur», a indiqué Ren Jinyang. «Après des tests sur des animaux, des tests effectués à l'extérieur du corps et des opérations cliniques, ils ont franchi une importante étape où les greffés deviennent plus réceptifs à un foie ou un rein injecté avec ce fluide protecteur.»

Site d'exécution
Les chercheurs qui enquêtent sur les pratiques de transplantation d'organes de la Chine ont été ébranlés par les remarques et leur signification.

«Le soi-disant “site de recherche” auquel se réfère Wang Lijun est soit un site d'exécution  avec des fourgonnettes médicales ou possiblement une aile médicale, où les organes des gens sont prélevés par chirurgie», commente Ethan Gutmann, un auteur ayant publié abondamment sur les prélèvements d'organes pratiqués sur les prisonniers de conscience en Chine.

Il a ajouté que les injections auxquelles le prix se réfère concernent probablement des «anticoagulants et des médicaments expérimentaux qui réduisent les possibilités d'un rejet du système immunitaire lorsqu'un organe d'un corps en vie est transféré à un autre». M. Gutmann a expliqué que cela constituait une «pratique médicale normale» en Chine, où les hôpitaux, les hôpitaux militaires et les bureaux de Sécurité publique s'entrecroisent.

«Il n'y a absolument aucune garantie que le donneur est consentant», ajoute M. Gutmann. «Il y a assez de preuves pour indiquer que les victimes sont soit des musulmans ouïghours, des bouddhistes tibétains, des chrétiens de l'“Éclair de l'Orient” ou – encore plus probablement – des pratiquants de Falun Gong. En d'autres mots, Wang Lijun a reçu un prix pour, au mieux, barbarie.»

Il est impossible de savoir, parmi les «milliers» de transplantations sur place auxquelles se réfère Wang, quelle proportion de victimes était des criminels, des prisonniers politiques ou des prisonniers de conscience, comme les pratiquants de Falun Gong. De plus, en Chine de nombreux crimes non violents sont passibles de la peine de mort, mais l'État communiste ne publie pas de statistiques sur le nombre de personnes exécutées et les crimes qu'elles ont commis.

David Matas, avocat spécialiste des droits de la personne, et David Kilgour, ex-secrétaire d'État canadien, ont coécrit un rapport au sujet des prélèvements d'organes forcés sur les pratiquants de Falun Gong en Chine. Ils estiment qu'entre 2000 et 2005, 60 000 transplantations ont été réalisées en Chine et les pratiquants de Falun Gong constituaient probablement la source des organes dans 41 500 opérations.

En d'autres mots, environ les deux tiers des organes utilisés dans les transplantations durant cette période – qui entrecoupe la période durant laquelle Wang Lijun a effectué ses «recherches» – provenaient de prisonniers de conscience, la plupart des pratiquants de Falun Gong.

CQ Global Researcher, un journal d'affaires internationales, cite Kilgour, Matas et Gutmann estimant indépendamment que plus de 62 000 pratiquants de Falun Gong ont été tués pour leurs organes entre 2000 et 2008.

Prélèvements sur personnes en vie
Selon les spécialistes, une question importante qui demeure sans réponse dans les remarques de Wang est si les prisonniers étaient décédés au moment où leurs organes ont été prélevés. Étant donné l'allusion aux injections, il est très possible que les cœurs des victimes battaient encore lorsque leurs organes ont été retirés, estiment les experts.

«Auparavant, la Chine tuait avec le peloton d'exécution, ensuite elle a commencé à utiliser l'injection mortelle», explique M. Matas. «En fait, ils ne tuent pas par injection, ils paralysent par injection, ainsi retirant les organes du corps pendant qu'il est encore vivant.»

Lorsqu'un organe est prélevé d'un corps encore en vie, il est plus frais et les taux de rejet sont plus bas. «Il est possible de retirer l'organe immédiatement après que la victime est en état de mort cérébrale, mais c'est beaucoup plus complexe», explique M. Matas. «La détérioration de l'organe est plus évidente dans le cas d'une mort cérébrale, mais si vous conservez le corps en vie avec des drogues, vous pouvez prélever les organes pendant une plus longue période.»

La conversation que Wang a eue avec des diplomates américains à Chengdu pourrait faire la lumière sur des détails comme la fonction des médicaments qu'il a utilisés dans les transplantations dans le Liaoning.

Dans tous les cas, la visite de Wang au consulat américain représente la meilleure occasion à ce jour de vérifier si le régime chinois poursuit sa pratique de prélèvements forcés sur des prisonniers de conscience en Chine. Des congressistes américains ont demandé la tenue d'une enquête sur la tentative de défection de Wang Lijun.

Sophia Fang a contribué à la recherche dans cet article.

Version originale : Would-be China Defector, Once Bo Xilai’s Right Hand, Oversaw Organ Harvesting

Canada : Insuffisance hépatique : bilan et perspectives

Le manque d'organes et le piètre accès au traitement signifient que les taux de mortalité due à la maladie du foie ne feront qu'augmenter

TORONTO, le 17 févr. 2012 /CNW/ - "Lorsque vous ne prêtez pas attention à une question de santé, elle tend alors à empirer. La maladie du foie se cache et prend des forces alors que les personnes et les gouvernements portent leur attention ailleurs.  Cependant, des rapports de Statistiques Canada et plus récemment de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) donnent des aperçus de ce que l'avenir peut réserver aux patients atteints d'une maladie du foie si rien n'est fait très bientôt.  Compte tenu des taux croissants du cancer du foie et de la pénurie d'organes, ce futur s'annonce sombre.
«Les formes les plus courantes de la maladie du foie - les hépatites B et C, le cancer et la stéatose hépatique - sont des états chroniques qui évoluent lentement et qui peuvent ne présenter que peu de symptômes,» déclare le Dr Morris Sherman, président de la Fondation canadienne du foie et hépatologue pratiquant. «Dans certains cas, ces maladies peuvent ne pas être décelées avant d'avoir atteint un stade avancé lorsque la greffe demeure la seule option. Plus dérangeant encore est le fait  que lorsque les maladies comme les hépatites B et C sont diagnostiquées à un stade précoce, les patients ne peuvent pas avoir accès au traitement dont ils ont besoin pour éviter la nécessité d'une greffe.»
Selon le rapport de ICIS sur la greffe d'organes publié cette semaine, l'hépatite C demeure la première cause des greffes du foie au Canada, suivie de la maladie du foie cholestatique. Le cancer du foie occupe la place numéro 3 précédemment occupée par la cirrhose alcoolique - un indice que le manque de diagnostic et d'intervention permettent à la maladie du foie comme l'hépatite B d'évoluer vers le cancer du foie.
«Lorsque le pays fait face à une pénurie chronique d'organes, nous devons chercher des façons de diminuer le nombre de personnes qui en ont besoin,» ajoute le Dr Sherman. «Les foies sont deuxième quant à la fréquence de greffes et en 2010, 74 personnes sont décédées sur la liste d'attente. C'est presque le même nombre de personnes mortes en attente d'une greffe du rein malgré le fait qu'il y a six fois plus de gens qui attendent des reins.  Contrairement aux patients atteints d'insuffisance rénale qui ont la dialyse comme option, les patients en insuffisance hépatique n'ont pas d'option.
La Fondation canadienne du foie croit que l'amélioration des taux de donneurs d'organes est seulement une partie de la solution pour les patients atteints d'une maladie du foie. «Nous avons les moyens de diminuer significativement la demande de greffes du foie,» dit le Dr Sherman. «Nous avons des traitements pour l'hépatite B qui peuvent efficacement contrôler et, dans certains cas, guérir l'hépatite B avant qu'elle n'évolue vers un cancer du foie mais dans plusieurs provinces, ces traitements ne sont pas accessibles aux patients. Pour ce qui est de l'hépatite C, plusieurs personnes ne sont toujours pas diagnostiquées.  Pour celles qui le sont, des nouvelles options thérapeutiques sont disponibles mais encore là, on en revient à l'accessibilité. Si les gouvernements ne couvrent pas les coûts de ces médicaments, seuls les patients qui en ont les moyens financiers ou qui possèdent une couverture indépendante seront capables de se les payer.»
Le rapport ICIS est une preuve de plus que c'est maintenant le temps d'aborder la maladie du foie au Canada. 'On estime à 600 000 les Canadiennes et Canadiens qui vivent avec une hépatite B ou Hépatite C chroniques. S'il n'y a pas assez de donneurs d'organes présentement, nous devrions tout faire pour que ces gens ne se retrouvent pas sur la liste d'attente à l'avenir. Nous espérons que ces statistiques motiveront les gouvernements à mettre en œuvre des politiques concernant le dépistage et le traitement qui bénéficieront non seulement aux patients mais aideront à diminuer la demande de greffes du foie.'"
Pour plus de renseignements sur l'hépatite ou sur les positions de la Fondation canadienne du foie sur les problèmes associés au foie, visitez www.liver.ca
 
Renseignements :
Melanie Kearns
Fondation canadienne du foie
416-491-3353 poste 4923
mkearns@liver.ca
http://www.newswire.ca/fr/story/923311/le-manque-d-organes-et-le-pietre-acces-au-traitement-signifient-que-les-taux-de-mortalite-due-a-la-maladie-du-foie-ne-feront-qu-augmenter